Les Hydrolats

Histoire et origines

Les eaux florales étaient déjà connues des Égyptiens et des médecins de l’Antiquité comme Hippocrate ou Pline l’Ancien. L’eau de rose était un remède bien connu, utilisé comme collyre par exemple. Mais on connaissait déjà l’eau de lavande, l’eau de fleur d’oranger ou l’eau de camomille. Au 18ème siècle, on dénombrait près de 200 hydrolats ! Délaissés pour les huiles essentielles, plus riches en composés actifs, les hydrolats sont revenus au goût du jour.

Définitions

Lavande

Le nom hydrolat vient du latin “hydro” (= eau) et du vieux français “lat” (= lait), du fait de son apparence légèrement trouble dans les quelques minutes qui suivent la distillation. L’hydrolat est le sous-produit de la distillation par entraînement par la vapeur d’eau d’une plante. C’est la phase aqueuse récoltée à la sortie de l’alambic après décantation. C’est une eau chargée en molécules actives volatiles de plantes distillée, à l’exclusion de tout autre adjonction de solvant (alcool, huiles essentielles). Le terme “eau florale” concerne exclusivement les hydrolats de fleurs, mais on peut distiller toutes les parties de la plante.

L’hydrolat et l’huile essentielle sont bien distincts l’un de l’autre, bien qu’issus de la même plante et du même processus d’extraction. Ils n’ont pas les mêmes odeurs, goûts, ni les mêmes propriétés. L’hydrolat est hydrosoluble, contrairement à l’huile essentielle qui est liposoluble et qui ne peut pas se mélanger à l’eau sans excipient. La concentration en principes actifs de l’hydrolat est inférieure à celle de l’huile essentielle, généralement de moins de 2 à 3 pour 1000.

Technique de fabrication

La vapeur, en traversant la plante dans l’alambic, se charge des composés aromatiques de l’huile essentielle contenue par la plante. Cette vapeur les entraîne ainsi à travers le col de cygne puis dans le serpentin. Il s’agit donc d’un « entraînement » à la vapeur d’eau. Tous ces composés volatiles se condensent ensuite dans le serpentin pour donner un distillat qui s’écoule dans le vase florentin tout au long de la distillation.

Système d'extraction par Alambic

Une partie du cocktail moléculaire et aromatique ainsi obtenu vient alors se décanter en surface dans le vase florentin : l’huile essentielle. Au dessous, on retrouve l’hydrolat aromatique : l’eau de source distillée qui a conservé après cette décantation des principes actifs aromatiques. Certains, identiques à ceux présents dans l’huile essentielle se retrouvent là en plus faible concentration, ainsi que d’autres, hydrosolubles, que l’on ne retrouve pas dans l’huile essentielle.
Il ne reste plus qu’à le filtrer avant de le stocker dans les meilleures conditions pour sa bonne conservation.

Propriétés et indications principales

Les hydrolats sont réputés pour leurs vertus culinaires mais ont des qualités thérapeutiques indéniables. 

Usage externe

En cosmétique :

  • comme lotion nettoyante et tonifiante pour le visage, à appliquer le matin avant le soin de jour et/ou le soir après le nettoyage ou démaquillage de la peau,
  • - comme « eau parfumée » rafraîchissante pour se parfumer le corps,
  • - comme ingrédients de vos cosmétiques « home made ».

En diffusion : dans l’eau des fontaines d’intérieures, ou bien encore dans un diffuseur électrique.

Usage interne

En cuisine : pour parfumer un plat, mais aussi pour vous concocter boissons chaudes, fraîches et personnaliser vos cocktails.

En hydrolathérapie : la version douce de l’aromathérapie. En cure, sur une vingtaine de jours, aux changements de saison. (= 1 bouteille d’hydrolat de 200 ml). Diluer 1 cuillère à café dans un verre d’eau, trois fois par jour ou 1 cuillère à soupe dans 1 litre d’eau non gazeuse à boire tout au long de la journée. En gargarisme, bains de bouche, lavements du nez, irrigations, pur ou dilué (1 volume d’hydrolat pour 1 volume d’eau) pour soigner infections ou plaies.

Qualité et conservation

De nombreux critères de qualité doivent être vérifiés en achetant un hydrolat car il est trop fréquent de trouver des eaux florales impures, diluées, polluées,…

-La concentration en principes actifs. Un hydrolat de qualité est un hydrolat concentré.

-La qualité de l’eau de distillation utilisée et des plantes distillées. Il est donc préférable de choisir des hydrolats biologiques certifiés ou issus de plantes sauvages.

-La fraîcheur et la pureté. Les hydrolats sont des produits extrêmement sensibles à la lumière, à la chaleur, et aux pollutions microbiennes. Les hydrolats ne peuvent se conserver qu’un an et stockés au frais. Il est aussi possible de prolonger la vie des hydrolats en ajoutant quelques gouttes d’extrait de pépin de pamplemousse.

Contre indications

L’hydrolat ne présente pas de contre-indications connues à ce jour, car il ne contient ni acide ni aucune autre matière caustique ou corrosive. Il est donc très indiqué pour les personnes sensibles : les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes suivant un traitement de longue durée.

 

Sources

Les hydrolats – Thérapie des eaux florales, Lydia Bosson et Guénolée Dietz, Amyris, 2005
http://www.essenciagua.fr/contenu.php?id_contenu=24
http://www.aroma-zone.com/aroma/eaux.asp
http://www.labo-hevea.com/hydrolats/hydrolat.htm
http://fr.ekopedia.org/Hydrolat
http://www.aromatherapie-huiles-essentielles.com/hydrolats-aromatiques/

Advertisements