Plantes et Actifs

Dans cette rubrique, nous allons aborder l’utilisation des propriétés thérapeutiques des plantes,  la phytothérapie, ainsi que certains actifs cosmétiques (poudre de fruit, argiles, Rhassoul, boue…)  qui nous sont d’une grande utilité.

Amaryllis par Omar Eduardo

La Phytothérapie

La phytothérapie, est une médecine alternative (à la médecine classique) dont l’efficacité est prouvée et l’utilisation en pleine croissance. Elle utilise des substances actives végétales, en préparation avec une partie ou la totalité d’une plante.

La phytothérapie moderne emploie de plus en plus de plantes médicinales provenant de cultures contrôlées. Ces cultures sont choisies en fonction du lieu et des caractéristiques spécifiques du sol et des conditions climatiques. Après la cueillette, les plantes sont traitées selon des procédures précises et soumises à des contrôles qualités stricts menés dans le respect des normes internationales.

Ces plantes, dites médicinales, sont des bienfaits pour notre santé et notre beauté.  Mais il faut les utiliser avec précautions car elles ne sont pas toutes anodines. Il convient d’utiliser ces remèdes en respectant les dosages pour éviter tous effets indésirables potentiellement dangereux pour la santé. La capacité d’un remède à influencer les fonctions corporelles dépend autant de la nature des substances actives que des quantités utilisées.

Un peu de chimie…

Voici les plus importants composants des plantes médicinales :

  • Les huiles essentielles : il s’agit d’une médecine alternative a part entière que vous pouvez retrouver dans notre rubrique Aromathérapie.
  • Les principes amers : l’action thérapeutique des principes amers est dues à l’augmentation des sucs digestifs. Ils stimulent l’appétit tout en facilitant la digestion.
  • Les alcaloïdes : il s’agit de composés organiques azotés. En générale considéré comme toxique, ce composé est présent dans de nombreux poisons. Cependant utilisé à faibles doses ils peuvent faire partie d’un processus thérapeutique.
  • Les tanins : ils sont présents dans quasiment toutes les plantes mais à des concentrations diverses. Souvent contenus dans l’écorce ou dans les feuilles, ils sont utilisés pour traiter entre autre des irritations cutanées.
  • Les glucosides : ce sont des composés organiques qui ont des actions très différentes. Il existe de nombreux sous groupes dans les glucosides, les plus connus étant les diurétiques (diminue les liquides dans les tissus) et les cardiotoniques (augmente l’activité cardiaque). Ils sont présents dans de nombreuses plantes médicinales.
  • Les mucilages : ils sont composés de polysaccharides qui gonflent au contact de l’eau et se transforment en substances gélatineuses. On les utilise en laxatifs ou en protecteur des muqueuses contre les substances irritantes.
  • Les phénols : ils sont à manier avec précaution car se révèlent irritants à forte dose. Ils sont utilisés entre autre pour désinfecter les plaies.
  • Les anthraquinones : ce sont des composés aromatiques qui ont une action extrêmement laxative.
  • Les saponines : ils font également partie de la famille des glucosides, cependant ils ont une classe à part car ce sont des composés qui moussent au contact de l’eau (sapo = savon). Il existe deux types de saponines, les tri-terpènes et les stéroïdes.  Les tri-terpènes ont des actions expectorants alors que les stéroïdes ont des actions hormonales.
  • Les vitamines : le corps humain ne peut malheureusement pas sécréter lui même des vitamines, il faut donc lui en apporter par le biais de notre alimentation. Les plantes et fruits sont pourvus de vitamines indispensables à notre bien être.
  • Les minéraux : ce sont des substances non organiques qui sont nécessaires au bon fonctionnement du corps humain.

Les plantes médicinales peuvent contenir tout ou partie de ces composants. Il est très important de les utiliser avec précaution.

Bon à savoir : « Dans le cadre de la législation en matière de médicaments, la phytothérapie compte parmi les orientations thérapeutiques particulières. Cela signifie que la demande d’autorisation de mise sur le marché (AMM) pour une remède passe au sein d’un organisme officiel désigné et compétent. Pour la France, il s’agit de l’AFSSAPS (Agence Française de sécurité sanitaire des produits de santé). Pour l’Europe il s’agit de la Commission européenne pour les médicaments soumis à une procédure centralisée d’autorisation. »

Texte issue du Guide de la Phytothérapie

Les différentes formes d’utilisation…

Lorsqu’on parle de plantes médicinales, notre première pensée est pour les tisanes de nos grand-mères. Eh oui soyons réalistes, lorsque nous sommes amateurs de phytothérapie, nous sommes vus comme des hippies ou des adeptes de vieux remèdes un peu désuets. Mais assumons jusqu’au bout et allons à la rencontre de ces plantes.

Il existe différents procédés pour utiliser les plantes médicinales. Le procédé d’extraction est choisi en fonction du type de traitement et de la plante concernée :

  • Les tisanes : extraction des composants de plantes sèches solubles dans l’eau.
  • Les teinture-mères : extraction des composants de plantes fraîches solubles dans l’alcool.
  • Les macérâts glycérinés : extraction des composants de plantes fraîches solubles dans l’alcool et dans l’eau puis conservés dans la glycérine.
  • Les extraits hydro-alcoolique : extraction intermédiaire qui est parfois plus complète que les deux extractions précédentes.
  • La poudre de plante : extraction par pulvérisation
  • Bon à savoir : la granulométrie de la poudre de plante est très importante, plus la poudre est fine, plus elle est fragile mais efficace.
  • L’aromathérapie : il s’agit de l’utilisation des huiles essentielles qui est décrit dans notre rubrique Aromathérapie.
  • L’ homéopathie : il s’agit d’utiliser les plantes en dilution décimale ou centésimale diluées dans des volumes d’alcool.
  • Bon à savoir : une polémique réside dans la place de l’homéopathie au sein de la phytothérapie. Pour certains elles constituent les deux facettes d’une même thérapie (la différence réside dans la dilution) alors que pour d’autres l’homéopathie fait partie de la phytothérapie. Cependant dans l’homéopathie on n’utilise pas que des plantes mais aussi des substances minérales et animales.
  • Gemmothérapie : macérâts glycérinés des parties embryonnaires de plantes. Pour certaines plantes, les principes actifs sont présents en plus grandes quantités dans les bourgeons que dans la plante adulte.

Pour en revenir à la cosmétique…

Dans le domaine de la cosmétique on peut également utiliser les plantes médicinales. Notre peau est un organe géant (mesurant jusqu’à 2 m²) qui masque l’intérieur de notre corps et constitue un immense récepteur de sensations. Pour ces raisons, il nous faut en prendre soin, autant pour se faire belle/beau, se préserver des agressions extérieurs que se protéger des maladies de la peau.

Les plantes qu’elles soient sous forme de poudres, de macérâts, de décoctions…  et évidemment d’huiles essentielles, peuvent nous aider dans cette mission. Dans cette rubrique nous nous intéresserons à la plante dans tous ces états en établissant des Cartes d’Identités afin de nous aider à choisir celle qui nous conviendra le mieux.

Les Actifs

Avec la phytothérapie nous abordons les actifs des plantes, mais dans tout ce qui nous entoure nous avons également les actifs de la mer, de la ruche, de la terre, des fruits…  la liste serait bien trop longue pour tout énumérer.

Les actifs naturels

Tous ces actifs ont des propriétés bien spécifiques parmi lesquels :

  • les anti-âge : pour lutter contre les effets du temps
  • les apaisants : pour calmer les irritations
  • les réparateurs : permettent la régénération des peaux abîmées
  • les hydratants : luttent contre la déshydratation
  • les purifiants : assainissent et désinfectent la peau
  • les nutritifs : apportent les nutriments et autres vitamines et minéraux nécessaires à la peau
  • les minceurs : aident à lutter contre les rondeurs disgracieuses
  • les capillaires : pour les cheveux et cuir chevelu

Cette liste n’est pas exhaustive et certains actifs rentrent dans différentes catégories. Parmi tous les actifs que nous pouvons trouver chez les différents fournisseurs nous nous concentrerons sur les actifs naturels. Nous aurions pu nous atteler aux seuls actifs biologiques cependant cela restreindrait trop notre champs d’investigation.

Dans cette rubrique nous essayons d’établir les Cartes d’Identités de différents actifs en étant le plus précis possible.

Sources :

– Traité pratique de la Phytotherapie, Dr Morel, Ed. Grancher, 2008
– Guide de la phytothérapie, Dr Grunwald et Janicke, Ed. Marabout, 2007
– 1000 Plantes aromatiques et médicinales, Dr Kocke, Ed. Terres Édition, 2007
– Guide des contre-indications des principales plantes médicinales, Mr Dubray, Ed. Lucien Souny, 2010
– Petit Larousse des Plantes Médicinales, Ed.  Larousse, 2009
– Pour une cosmétique intelligente, Mr Baudoux, Ed. Amyris, 2010