Faire son macérât huileux

Lors de la recette du stick à lèvres gourmand et nourrissant, nous avons utilisé non pas de l’huile végétale mais un macérât huileux de vanille et fève de tonka. Je vous propose à l’occasion de cet article de faire un point sur le macérât huileux de plantes et d’en découvrir le procédé afin que vous réalisiez les vôtres facilement.

Cette technique est économique et très intéressante car elle vous permettra de préparer des mélanges personnalisés selon vos besoins et vos envies.

Macérât de fleurs de lavande © E.Cancet

Qu’est-ce qu’un macérât de plantes ?

Selon la définition, un macérât huileux* est une technique qui consiste à extraire les propriétés liposolubles d’une plante en l’infusant dans une huile. L’huile se comporte alors en solvant et devient le support des propriétés actives de la plante.

Les huiles végétales les plus communément utilisées comme support sont l’huile de tournesol, d’olive ou de pépin de raisin, elles sont souvent choisies pour leur côté économique, leur facilité d’application ou encore leur odeur peu prononcée. Toute huile peut être utilisée mais il est particulièrement intéressant de ne pas considérer le support uniquement en tant que tel et de profiter des propriétés d’une huile végétale combinées à celles d’une plante. Vous pouvez également associer plusieurs huiles selon la synergie recherchée ainsi que plusieurs plantes et vous concocter un mélange remplis d’actifs.

Le procédé

Deux méthodes de macération existent : la macération à froid et celle à chaud, qui peut-être plus intéressante pour des parties dures d’une plante comme les racines. Nous privilégions ici celle à froid afin d’être certain de préserver tous les principes actifs de la plante et de l’huile végétale.

Nous recommanderons également de faire macérer des plantes sèches afin de limiter le risque de fermentation et de détérioration du macérât. Si vous cueillez des plantes fraiches, nettoyez-les puis faites-les sécher au préalable.

La méthode du macérât est simple, voyons tout d’abord ce dont vous avez besoin :

Matériel et ingrédients

  • 1 pot en verre avec un couvercle pour la macération, type pot à confiture
  • 1 filtre à café ou petite passoire type chinois
  • 1 pot pour récupérer le filtrat
  • 1 petit entonnoir (facultatif)
  • 1 bouteille, teintée de préférence pour conserver le macérât
  • Plantes (fleurs, feuilles, pétales…)
  • Huile végétale
  • Vitamine E

Bon à savoir : on conseille en général de prendre entre 100 et 300 g d’extrait de plante pour 1 litre d’huile. L’extrait de plante doit généralement représenter 10% du poids total du macérât.

Les étapes

1/ Stérilisez votre pot en verre et faites le bien sécher (vous pouvez également utiliser de l’alcool de pharmacie)
2 / Placez vos extraits de plantes dans le pot, sans les tasser
3/ Recouvrez  totalement d’huile végétale
4/ Laissez macérer environ 4 semaines. Au soleil ou dans l’obscurité, la question fait débat, les UV pouvant être incriminés d’affecter les principes actifs des plantes. N’ayant pas d’éléments scientifiques à vous fournir, nous ne ferons pas de recommandations spécifiques sur ce point
5/ Secouez votre pot tous les 3 jours environ afin de bien disperser tous les principes actifs
6 / Stérilisez le pot destiné à recueillir votre filtrat
7 / Filtrez votre macérât à l’aide d’un filtre à café, d’un chinois…
8/ Pressez bien les plantes afin d’en extraire toute l’huile végétale
9/ Versez enfin votre macérât dans une bouteille en verre ambré et ajoutez de la vitamine E afin d’éviter le rancissement.

Macérât de vanille et de fèves tonka © E.Cancet

Vous pouvez apprécier tout les bienfaits de votre macérât maison !

Bon à savoir : un macérât maison se conserve environ 6 mois, préparez des petites quantités afin d’utiliser des macérâts frais, pensez à noter la date de fabrication sur une étiquette.

L’info en plus : Notons que pour un macérât de vanille ou de cannelle, par exemple, il n’est pas utile de filtrer votre huile, vous pouvez l’utiliser à loisir pour son odeur délicieuse et rajouter de l’huile au fur et à mesure de l’utilisation.

Les macérâts peuvent également servir pour le prélèvement de pigments et vont colorer l’huile de support. Vous pourrez ensuite utiliser cette huile colorée dans vos cosmétiques mais également dans vos savons. Nous détaillerons l’utilisation des pigments en savonnerie dans un prochain article.

Des exemples de macérâts et leurs propriétés :

http://lysblancsdevenus.canalblog.com

http://www.ombretta.fr

http://huilesinfusees.canalblog.com

http://www.calybeauty.com

* Les mots suivis d’une astérisque sont définis dans notre lexique.