Dosage et excipients des huiles essentielles

©E.Cancet

Dosage et excipient, deux sujets qui interpellent et dont les réponses sont souvent approximatives voir erronées. A travers quelques recherches nous vous livrons des indications pour mieux vous y retrouver.

Le dosage

Lors de l’utilisation des huiles essentielles, leur concentration est primordiale. Nous devons l’adapter en toute sécurité en fonction de l’action. Les taux cités ci-après sont réservés aux utilisations cutanées :

Cosmétique :

  • Action dermocosmétique (prévention du vieillissement) : 1% en actifs cosmétiques ;
  • Action réparatrice des tissus (inflammation, lésion…) : 3% en actifs cosmétiques ;
  • Action préventive de la dégénérescence des tissus  (peaux stressées, oxydation…) : 5% en huile de massage ou actifs cosmétiques ;
  • Action curative d’une plaie ou autre symptôme cutané : 7-10% en actifs cosmétiques ;

Thérapeutique : 

  • Action sur le système nerveux : 5% ;
  • Action circulatoire : 7% ;
  • Action musculaire, tendineuse, articulaire : 10% ;
  • Action locale très puissante (cellulolytique*, anti-parasitaire…) : 30% ;

Ces listes ne sont pas du tout exhaustives, nous avons omis volontairement certains types de dosages qui sont réservés aux professionnels.

Bon à savoir : quelles que soient les huiles essentielles que vous souhaitez utiliser, vérifier toujours les éventuelles contre-indications. Ces taux sont génériques et certaines huiles essentielles doivent être dosées avec multiples précautions.

 

Attention ! quel que soit le dosage et l’excipient utilisé il est interdit d’utiliser les huiles essentielles sur :

  • – les peaux hypersensibles
  • – les peaux allergiques
  • – le nez
  • – les oreilles
  • – les yeux
  • – les parties génitales

Les excipients* 

Par Cottonseeoil
© Cottonseeoil

 

Le dosage des huiles essentielles est primordial mais le choix des excipients est également très important dans leurs actions. Plus le support est gras et épais, plus l’huile essentielle reste en surface et y exerce des propriétés antifongiques et anti-parasitaires. Il est donc conseillé d’utiliser des supports type : beurres végétaux, huiles végétales très grasses. Des huiles fluides se diffuseront plus facilement dans les structures de la peau.

 

Pour simplifier, plus l’huile essentielle doit pénétrer les tissus plus le support doit être fluide.

Quelques exemples, des huiles grasses au plus fluides :

Couche cornée* -> Mycose, parasitose…

support gras type : avocat, bourrache, onagre, germe de blé, calendula, olive, millepertuis, argan ;

  • Épiderme* -> Psoriasis, eczéma…

support gras type : jojoba, argan, rose musquée, calophylle, amande douce, bourrache, onagre ;

  • Derme* -> Urticaire, prurit…

support gras type : calophylle, sésame, noisette, noyaux d’abricot, macadamia ;

  • Hypoderme*, musculature -> Tendinite, arthrose, congestion diverses…

support gras type : noisette, sésame, noyaux d’abricot ;

  • Circulation systémique -> Déficience immunitaire, hypertension, infections, troubles organiques ;

support gras type : tournesol, pépin de raisin ;

 

Bon à savoir : Lorsque vous choisissez votre support, pensez à bien vous renseigner sur les propriétés des huiles ou beurres végétaux. Les propriétés de ces supports seront un excellent complément aux propriétés des huiles essentielles.

 

N’hésitez pas à parcourir nos cartes d’identités pour trouver LE support qui vous conviendra.

 

Sources :

Les cahiers pratiques d’aromathérapie selon l’école française. Vol.2 Dermatologie. D. Baudoux et A. Zhiri, Ed. Inspir 2006

L’aromathérapie exactement, P. Franchomme, R. Jallois et D. Pénoël, Ed. Roger Jollois 2001

– Pour une cosmétique intelligente, D. Baudoux, Ed. Amyris, 2010

* : Les mots suivis d’une astérisque sont définis dans notre lexique.

Advertisements