Choisir et conserver ses huiles essentielles

Dans différents articles  nous avons abordé certains aspects de l’aromathérapie : Les différentes aromathérapies, Dosage et excipients des huiles essentielles, différentes cartes d’identités d’huile essentielle ou encore des articles plus génériques sur les familles biochimiques ou les familles botaniques.

Dans tous ces articles nous parlons des huiles essentielles, cependant nous ne savons pas toujours comment les choisir et/ou les conserver au mieux.

Huiles essentielles © E.Cancet

Critère de qualité d’une huile essentielle

La fabrication d’une huile essentielle n’est pas aisée et leur rendement varie beaucoup d’une espèce à l’autre. Plus il faut de plantes pour obtenir 1 litre d’huile essentielle, plus le prix est élevé. Malheureusement, dans le commerce, on trouve de toutes les qualités. Les principes actifs contenus dans les huiles essentielles sont inhérents à leurs compositions et donc à leurs molécules aromatiques. Une modification de cette composition peut diminuer l’efficacité d’une huile essentielle ou bien accroître ses effets indésirables (allergies, dermocausticité, photosensibilité…)

La pratique de l’aromatologie* ou de la cosmétique requiert des produits de qualité.

L’info en plus : Quelques chiffres pour obtenir environ 1 litre d’huile essentielle :

  • Rose de Damas (Rosa Damascena): 3500-4000 Kg de pétales
  • Néroli (Citrus Aurantium) : 2000-2500 Kg de feuilles
  • Lavande Vraie (Lavandula Angustifolia) : 150 Kg de sommités fleuries
  • Ylang-ylang (Cananga Odorata) : 50 Kg de fleurs
  • Clous de Girofle (Eugenia Caryophyllus) : 6-7 Kg de boutons floraux

Les critères à connaître

Le mode de culture : préférez une culture biologique ou dite « sauvage ». Les cultures « industrielles » utilisent des engrais qui modifient nettement la composition physico-chimique d’une huile essentielle.

Bon à savoir : Certaines huiles essentielles dites « sauvages » peuvent être récoltées en bord de route ou de champs de culture conventionnelle. Ces huiles essentielles peuvent ensuite être contaminées par des polluants agricoles ou encore des métaux lourds. Certains auteurs conseillent les cultures biologiques sauvages qui mettent les plantes aromatiques à l’abri des pollutions chimiques ou radio-actives.

La provenance : le lieu ou pousse la plante détermine en grande partie la qualité de l’huile essentielle qu’elle produit.

Exemple : le  Tea-tree (Malaleuca alternifolia) n’a pas la même composition en fonction de son lieu de production : l’huile essentielle issue de l’Australie est anti-bactérienne alors celle provenant de zone méridionale n’a pas ces propriétés.

Espèce botanique certifiée : ce critère est primordial, lorsque vous achetez une huile essentielle, elle doit provenir d’une plante certifiée, elle doit être identifiée sous son nom botanique (en italique dans nos articles et cartes d’identité). L’utilisation de son seul nom commun peut occasionner de graves erreurs.

Partie de la plante utilisée : la composition d’une essence est aussi dépendante de la partie de la plante distillée. Un exemple très connu, la Cannelle de Ceylan (Cinnamomum zeylanicum), son huile essentielle obtenue de l’écorce (contenant des aldéhydes) est aphrodisiaque et anti-bactérien. Par contre son huile extraite des feuilles (contenant de l’eugénol) sont de précieux anti-infectieux alors que les racines contiennent du camphre et donnent une huile essentielle neurotoxique.

Les chémotypes : la composition d’une même plante peut être différente en fonction de divers éléments tels que le type de terre, l’ensoleillement, le climat… Ces différentes compositions sont nommées chemotypes. Une analyse chimique, une chromatographie par phase gazeuse*,  permet de connaître la composition exacte. Cette notification est primordiale, et doit toujours paraitre sur les huiles essentielles que vous achetez.

Mode d’extraction utilisé : dans notre article sur l’aromathérapie nous avons pu établir les différentes méthodes d’extraction des huiles essentielles, à la vapeur d’eau, par solvant, par extraction. Il est préférable d’avoir des huiles essentielles extraites par distillation à la vapeur d’eau.

 

Bien choisir son huile essentielle

Une huile essentielle de bonne qualité doit présenter les garanties suivantes :

100% pure : non mélangée avec d’autres composants chimiques.

100% naturelle : sans la moindre adjonction d’essence minérale ou d’huile, obtenue sans aucun solvant par simple distillation ou extraction mécanique.

100% totale : contenant la totalité des principes actifs aromatiques, non décolorée, non rectifiée, non peroxydée et non déterpenée.

Pour choisir ses huiles essentielles en toute tranquillité il existe des labels reconnus et fiables :

    Label HECTHECT -> Huile Essentielle Chémotypée. Ce label garantit  la qualité de l’huile essentielle et son mode de distillation :

    • • Une plante distillée botaniquement certifiée,
    • • Une partie distillée de la plante certifiée,
    • • Un chémotype (CT) défini,
    • • Une distillation à la vapeur d’eau de qualité.

    L’huile essentielle porteuse de ce label est 100% naturelle, 100% pure, et 100% totale.

      Label HEBBDHEBBD -> Huile Essentielle Botaniquement et Biochimiquement Définie. Ce label garantit la qualité et la provenance d’une huile essentielle en fonction de 3 critères :

      • • L’espèce botanique exacte (nom latin),
      • • l’organe producteur (racines, feuilles, fleurs…),
      • • la spécificité biochimique qui dépend du lieu et de l’époque de la récolte.

      Une huile essentielle dont le flacon est estampillé H.E.B.B.D. c’est-à-dire  signifie que chaque lot d’huile essentielle bénéficie d’un bulletin d’analyse établi avec le CNRS.

        Label AB AgricultureAB Agriculture -> Agriculture Biologique (pour les huiles essentielles et les huiles végétales). Ce label garantit :

        • • 95 % d’ingrédients issus de l’Agriculture Biologique,
        • • Une partie distillée de la plante certifiée,
        • • Un chémotype (CT) défini,
        • • Une distillation à la vapeur d’eau de qualité.

        Ce logo est réservé aux huiles essentielles qui sont produites à l’intérieur de l’Union Européenne.

          Label ECOCERTECOCERT -> organisme Français de certification reconnu par les pouvoirs publics.

          • • 95 % d’ingrédients issus de l’Agriculture Biologique
          • • Le fabricant est contrôlé 2 fois par an par un auditeur Ecocert. Ces auditeurs vérifient les produits, leur mode d’obtention, de conditionnement et leur étiquetage.

          ECOCERT garantit les cosmétiques, dont les huiles essentielles, qui répondent à sa charte. Ses exigences sont supérieures à celle de la législation actuelle et garantit une réelle pratique dans le respect de l’environnement.

            Méthode et temps de conservation

            Les huiles essentielles sont utilisées depuis la nuit des temps. Pour reprendre un exemple de Mr Baudoux, elles étaient utilisées dans les tombeaux des pharaons. Et lorsque 3000 ans plus tard nous avons découvert ces tombeaux, les scientifiques ont pu sentir et identifier les huiles essentielles utilisées.

            Faut-il retenir qu’une huile essentielle se conserve près de 3000 ans ? Sans aller jusque là,  vous pouvez conserver vos huiles essentielles en moyenne pendant 5 ans mais en respectant quelques précautions :

            • • Dans une bouteille en verre colorée et hermétique (les HE sont très volatiles)
            • • Dans un endroit sec et ventilé, à l’abri de la lumière (pour éviter leur oxydation)
            • • Dans une pièce à température ambiante
            • • En position verticale ou légèrement penchée (Sur le long terme les HE pourraient ronger le plastique des bouchons et compte-gouttes)

            Les synergies composées d’huiles essentielles pures peuvent se conserver aussi longtemps qu’une huile essentielle pure (environ 5 ans). Cependant si vous les diluez dans un support végétal, il faut prendre en compte les risques de rancissement du support et consommer la synergie dans les 3 ans.

            L’info en plus : Certains auteurs sont un peu plus précis sur les temps de conservation. Les expressions d’agrumes se conservent environ 3 ans au frais, les huiles essentielles un peu plus « lourdes » (moins volatiles) pourraient se conserver près de 10 ans.

              Sources :

              Parfums de confidence, L’aromathérapie sensorielle, Jean-Charles Sommerard, Ed. Terre d’hommes 2009

              Guide pratique d’Aromathérapie familiale et scientifique, D. Baudoux, Ed. Inspir, 2008

              Les Huiles Essentielles pour votre santé, G. Roulier, Ed. Dangles 1990

              – Pour une cosmétique intelligente, D. Baudoux, Ed. Amyris, 2010

              http://www.ecocert.fr

              Advertisements