Zoom sur les peelings aux acides de fruits

Zoom sur les peelings aux acides de fruits

Salade de fruit Pink Sherbet Photography

Salade de fruit © Pink Sherbet Photography

Les beaux jours arrivent et nous avons envie de faire peau neuve, d’avoir un teint frais et une peau de bébé. Un seul remède : le peeling !

Un gommage permet d’éliminer les peaux mortes, d’affiner le grain de la peau, mais le peeling permet d’agir plus en profondeur.

Le peeling consiste à appliquer sur la peau une substance acide afin de provoquer la destruction limitée et contrôlée de l’épiderme. Cette destruction permet la régénération des couches détruites et de stimuler la production des fibres élastiques et du collagène.

Il existe plusieurs types de peelings selon l’épaisseur d’épiderme qui est à régénérer :

  • Superficiels
  • Moyens
  • Profonds

Si vous souhaitez des peelings moyens ou profonds, nous vous conseillons vivement de vous rendre chez un dermatologue.

Pour réaliser un peeling superficiel, on utilise généralement des acides de fruits (AHA). Il s’agit d’acides faibles qui permettent de pénétrer facilement l’épiderme. Les AHA les plus connus sont l’acide lactique et l’acide glycolique.

Bon à savoir : L’acide lactique utilisé dans les peelings aux AHA n’est pas issu du lait mais à partir du sucre de la betterave ou de la myrtille. L’acide glycolique est obtenu à partir d’extrait de canne à sucre, de betterave ou de raisin.

Quoi ?

Les peelings permettent de :

  • lutter contre les tâches brunes
  • le teint brouillé
  • le masque de grossesse
  • l’acné
  • les cicatrices d’acné
  • les rides et ridules

Un peeling superficiel n’aura évidemment pas la même efficacité sur les rides qu’un peeling profond. Cependant, cela permettra de « lisser » les ridules qui se forment.

Bon à savoir : Notre peau est naturellement acide avec un pH compris entre 4 et 6. Ce pH varie selon notre type de peau et notre sexe ; les hommes ont la peau plus acide que les femmes.

 Canne à sucre © Drics67

Canne à sucre, photo de Drics67

Qui ?

Le peeling superficiel n’est pas un gommage comme les autres, il y a des contre-indications dont notamment :
  • l’herpès
  • la grossesse
  • les peaux atopiques type psoriasis, eczéma…
  • les peaux fragiles
  • les peaux sensibles
Les effets secondaires sont rares, cependant ils existent :
  • une poussée d’herpès
  • une poussée d’acné
  • des rougeurs persistantes
  • des tâches brunes

Quand ?

Les peelings superficiels sont efficaces sur le long terme en faisant 2 à 3 applications par semaine. Les AHA étant photosensibilisants, il faut faire les peelings le soir. Si vous utilisez un peeling industriel, vérifier la concentration en AHA de votre produit : il faut commencer par un peeling à faible teneur en AHA.

L’info en plus : Malheureusement, il existe un certain vide réglementaire concernant les actifs présents dans les peelings. Certains actifs utilisés font partis de ce vide réglementaire. Certains industriels vont l’utilisez à hauteur de 15-20% dans leur formulation alors que d’autres vont monter à des taux de 70%.

Comment ?

Le soir sur peau humide, appliquez le peeling comme un masque de soin en respectant le temps d’application préconisé par le fournisseur. Nettoyez ensuite votre visage avec de l’eau claire puis appliquez une crème hydratante pour la nuit.

Lors de la première application nous devriez ressentir des picotements, c’est le signe d’une inflammation de la peau, les AHA commencent à détruire l’épiderme afin qu’il se régénère. Votre peau peut également être rouge pendant quelques temps, tant que ce rosissement persiste vous devez protéger votre peau du soleil.

L’info en plus : Le TCA (Acide Tri Chloro Acétique), est un dérivé du vinaigre, utilisé par les dermatologues pour les peelings superficiels. Il est généralement concentré entre 10 et 25% et appliqué sur une peau dégraissée (par de l’éther ou acétone). Le TCA est plus corrosif que les AHA, il provoque une sensation de brûlure qui n’est pas agréable.

A venir prochainement la formule d’un masque aux acides de fruits pour un peeling superficiel.

Sources

Peeling chimique, Mark G. Rubin, Ed. Elsevier Masson, 2006

– Les peelings superficiels, Agnès Ehlinger-Martin Thionville

http://www.grdec.com

http://www.les-risques-de-la-chirurgie-esthetique.fr

http://fr.wikipedia.org

Publicités