Low poo, no poo… vous connaissez ?

Woman washing her hair" de somjring34

Woman washing her hair » de somjring34

Vous avez déjà entendu parler du low poo, no poo ou encore le Co-wash ? Il s’agit d’une nouvelle tendance qui nous vient des Etats-Unis, pour s’occuper de ses cheveux.

Pourquoi, comment, pour qui… ?  Nous vous proposons de faire un petit point sur cette détoxification capillaire.

 POURQUOI ?

Le phénomène est né de Lorraine Massey, une coiffeuse américaine aux cheveux frisés qui cherchait une alternative pour les cheveux bouclés, secs et fragiles par nature. Dans son livre, la Curly Girl, Lorraine Massey envisage le remplacement du shampoing par un après-shampooing naturel doux sans silicone, sans sulfate et parabène. On se lave les cheveux comme d’habitude mais avec un après-shampooing à la place du shampooing. 

Curly Girl de Lorraine Massey

Curly Girl de Lorraine Massey

Comme toute tendance, le phénomène a muté au fil du temps pour parfois devenir un même nom pour différentes méthodes. Cependant la raison est toujours la même : diminuer voire éliminer les substances chimiques présentes dans nos cosmétiques.

La majorité de nos shampooings contiennent des sulfates et des silicones. Ces substances ont tendance à assécher et alourdir les cheveux qui perdent de leur éclat.
Dans la lignée de la « Slow cosmétique« , cette tendance préconise d’arrêter les shampooings pour notre santé mais aussi pour l’environnement car c’est autant de substances, plus ou moins polluantes, en moins dans nos réseaux d’évacuation des eaux.

 L’info en plus : nous parlons beaucoup des parabènes, silicones et autres substances mais sans réellement connaître leurs rôles et leurs désagréments :

Les parabènes : ce sont des conservateurs, certains sont des perturbateurs endocriniens et sont accusés d’être cancérigènes et mutagènes*. On les retrouve sous les noms de butylparaben, isobutylparaben, méthylparaben, éthylparaben…

 Les éthers de glycol : ce sont des conservateurs connus pour être irritants et être des perturbateurs du système reproducteur. On les retrouve sous les noms de phénoxyéthanol, PEG, PPG, polyéthylène glycol… Ils servent notamment à remplacer les parabènes qui sont au cœur de l’actualité depuis quelques temps.

Les sulfates : ce sont des tensioactifs qui servent à faire mousser nos shampooings. Ils sont connus pour être irritants. On les retrouve dans les termes qui contiennent les mots « sulfate » ou « sulfite » comme Sodium Laureth Sulfate (SLS) ou bien Ammonium Lauryl Sulfate (ALS).

Les silicones : ce sont des gainants, ils assurent la brillance et la douceur aux cheveux. Ils étouffent le cheveu et nuisent à l’environnement. On les retrouve dans les termes qui se terminent par « xane » ou « cone » comme le dimethicone ou bien cyclopentasiloxane. Généralement ils sont en début de liste dans la composition et sont donc majoritaires dans la formule.

COMMENT ?

Il y a plusieurs techniques mais l’idée générale est de ne plus se « laver » les cheveux mais de se « nettoyer » le cuir chevelu. Pour écrire cet article, j’ai parcouru un nombre considérable de sites internet et d’articles. Malheureusement certains se contredisent, pour une même appellation nous pouvons trouver des différentes méthodes. Le petit récapitulatif qui suit est un croisement de ce que j’ai pu lire :

Le no-poo (ou water only) : il faut se rincer les cheveux uniquement à l’eau claire et faire de temps à autre des soins avec du bicarbonate de soude et du vinaigre de cidre. On utilise aussi parfois l’argile verte ou encore le Rhassoul pour purifier le cuir chevelu. Le principe est d’habituer le cuir chevelu à réguler sa production de sébum.

Le low-poo : il s’agit d’espacer les shampooings au fil du temps mais en utilisant un shampooing naturel, sans silicone, sans sulfate ou parabène.

Le co-wash : cela consiste à se laver les cheveux avec un après-shampooing naturel sans silicone, sans sulfate ou parabène tout en espaçant les nettoyages.

 

"Woman washing her hair" de somjring34

« Woman washing her hair » de somjring34

POUR QUI ?

Lorsque cette tendance est née, elle était pour les femmes aux cheveux ondulés, bouclés et crépus. Mais différents types de cheveux se sont appropriés la méthode du low-poo/no-poo.

Cependant le no-poo utilise des soins à base de bicarbonate de soude, or le bicarbonate de soude peut être un peu trop agressif pour les cuirs chevelus sensibles.

Bon à savoir : deux aspects reviennent régulièrement dans les textes, le brossage et le gommage. Il est conseillé de se brosser régulièrement et longtemps les cheveux, cela permet de masser le cuir chevelu et de répartir le sébum qui peut être en excès sur certaines zones.

Afin de nettoyer le cuir chevelu, il est conseillé de faire des gommages en utilisant du sucre roux : mélanger 1 cuiller à soupe de sucre roux dans 3 cuillers à soupe d’après shampoing naturel. Appliquer en massant le cuir chevelu et rincer à l’eau clair.

 Et pourtant…

Certains industriels se sont mis à la page et proposent des nouvelles gammes de produits, des « shampooings no-poo » ou « low-poo » ou encore des « après-shampooings lavants« . Selon le cabinet de marketing Consulting Kline, les après-shampooings purifiants ont enregistré une forte croissance depuis 2014. 

Donc finalement les industriels tirent bien leurs épingles du jeu, ils réinventent le shampooing en le parant de terme à la mode et en augmentant un peu le prix de vente.

Pour plus d’informations

Je vous invite à parcourir 2 sites intéressants qui donnent des informations plus précises :

Si vous souhaitez apporter des précisions ou des informations n’hésitez pas à nous laisser un commentaire pour enrichir cet article.