Be Tsara

Madagascar, capitale de la biodiversité… et du ravintsara

Madagascar possède l’une des flores les plus riches du monde. L’île abrite environ 14 000 espèces de plantes dont près de 4 000 ont des propriétés médicinales.

Feuille de RavintsaraOriginaire de Taïwan, le ravintsara fut introduit à Madagascar vers le milieu du 20ème siècle. Son nom malgache signifie « feuille bonne à tout ». Les Ombiasy (hommes de la médecine) utilise des décoctions de feuilles de la plante. Cette tisane est utilisée pour lutter contre les maladies infectieuses intestinales, ou contre les infections ORL (angine, laryngite, pharyngite). Le ravintsara a été employé en médecine traditionnelle bien avant que des scientifiques ne s’intéressent à sa composition et à ses vertus thérapeutiques.

La notoriété du ravintsara a dépassé les frontières et a engendré une exploitation intensive de cette plante. Auparavant présente sur toute l’île (même dans les villes), elle n’existe plus à l’état sauvage. Les fournisseurs des entreprises exportatrices la surexploitent. Même les racines sont arrachées pour être ensuite transformées en huile essentielle. Ce principe anti-écologiste a réduit considérablement le nombre de pieds de ravintsara.

Selon un producteur d’huile essentielle, Tsiazotafo Behoririka, l’espace occupé par le ravintsara s’est réduit au dixième de sa superficie ces vingt dernières années.

Bon à savoir : Madagascar est l’une des plus grandes capitales de la biodiversité. Malheureusement cette richesse est en danger, plus de 16.000 espèces d’animaux et de plantes sont menacées d’extinction.

BeTsara, une entreprise éco-responsable

Champs de Ravintsara.jpg

Après un premier contact avec Tristan Imbert, le responsable de la marque BeTsara, j’ai eu envie d’en apprendre un peu plus sur cette entreprise. Après une longue conversation, BeTsara c’est :

  • Le projet d’une amitié franco-malgache ;
  • La découverte d’une île, d’une plante ;
  • L’envie de changer l’image du travail malgache ;
  • Le développement de la vie locale ;
  • Un financement participatif pour se développer.

Tristan et Tahina en quelques mots…

En 2009, Tahina retourne à ses racines malgaches et se lance dans la culture de ravintsara. Il découvre les conditions des petits producteurs malgaches face aux exportateurs qui surexploitent le ravintsara. Pour valoriser le savoir-faire malgache et la qualité de ses produits, Tahina souhaite trouver un distributeur pour une filière courte vers la France.

C’est ainsi qu’en 2013, Tristan, un ami de longue date, découvre la plantation de Tahina et décide de se lancer dans l’aventure pour être le distributeur de Tahina. Auparavant responsable de service dans une mairie, Tristan se lance à 100% dans le projet en 2014.

C’est de cette collaboration que naquit la SARL AKAL NIVAS et la marque BE TSARA en avril 2015.

Comment fonctionne l’entreprise ? Qui récolte ? Qui vend ?

Be Tsara est née de l’association exclusive et directe d’un producteur malgache et d’un distributeur français.

Tahina s’occupe de la production : la récolte des feuilles s’effectue à la main par une vingtaine d’ouvriers. Les feuilles fraîches sont distillées sur place. Cela permet de maîtriser chaque étape de la production.

Tristan s’occupe de la partie administrative, le combat avec les lenteurs administratives, la douane… Il reçoit ensuite l’huile essentielle et la conditionne en 10 ; 30 ; 100 ml et 1 litre. Tristan est responsable de la vente des huiles essentielles.

L’info en plus : Deux arbres pour trois huiles essentielles ! Il existe souvent une confusion entre l’huile essentielle de ravintsara et l’huile essentielle de ravensara :

  • L’huile essentielle de ravintsara est obtenue à partir des feuilles du Cinnamomum camphora de Madagascar. Elle a une odeur camphrée.
  • L’huile essentielle de ravensara est extraite de la feuille du ravensare, plante de Madagascar appelée havozo, « arbre qui sent ». Son odeur est plutôt anisée.
  • L’huile essentielle de Ravensara anisata provient de l’écorce du havozo. Elle a une odeur très anisée.

Champs de Ravintsara1

Êtes-vous certifié par un label ?

La plantation de 3 hectares contient 11 000 pieds de ravintsara certifiés d’origine biologique. Il faut environ 100 kg de feuilles de ravintsara pour obtenir 1L d’huile essentielle.

Cette année, la récolte a permis de distiller 120L d’huile essentielle de ravintsara. A terme, avec les deux ramassages annuels (mai et novembre), la récolte devrait permettre d’obtenir 300 litres d’huile essentielle.

L’entretien de la plantation est fait dans le respect de la nature : le désherbage est manuel, l’insecticide est naturel (huile végétale de neem), le compost et le fumier sont 100% biologiques et fabriqués sur place (restes de feuilles, fumier de zébus du village, différentes plantes).

La récolte est faite manuellement et seules les feuilles sont récoltées pour être ensuite distillées. Entre 2012 et 2016 la qualité de l’huile essentielle s’est beaucoup améliorée car les arbres ont mûri.

Enfin et surtout, toute la production est certifiée ECOCERT depuis décembre 2015. Pour le moment, l’hydrolat issu de la distillation n’est pas commercialisé, bien qu’il soit lui aussi certifié ECOCERT, la législation pour le commercialiser n’est pas la même, l’hydrolat étant un produit périssable.

Quels rapports avec les malgaches ?

Tahina et Tristan ont fait le choix d’un circuit court pour que la plantation et ses ouvriers puissent bénéficier de la valeur de leur travail. Ils veillent au développement local malgache, tous les ouvriers sont du village de la production et leurs enfants bénéficient d’une scolarité payée par l’entreprise de production.

La production s’intègre dans la vie du village. Chaque nouveau projet est validé avec le chef du village pour que cela se passe dans le respect des us et coutumes locales.

L’info en plus : Avec la hausse du marché du ravintsara, les exploitants accaparent toutes les productions possibles, tuant ainsi le commerce des Ombiasy (hommes de la médecine) qui ne peuvent plus en acheter.

Pourquoi la culture exclusive de cette plante ?

« On ne fait qu’une plante, mais on la fait bien ! »  Entre Tahina et le ravintsara c’est une vieille histoire entre un enfant souvent malade et une plante qui l’aide à se soigner.

L’huile essentielle de ravintsara (Cinnamomum camphora CT cinéole) fait partie des incontournables en aromathérapie.  Des études récentes ont démontré que l’huile essentielle de ravintsara est un des puissants antiviraux naturels connus. Elle a des qualités antiseptiques et serait un excellent relaxant physique et psychique (selon sa composition en terpènes, actifs au niveau du système nerveux central).

Les deux jeunes hommes ont pleins d’idées, de projets…

Be TsaraEn juin 2016, Tristan a prévu de retourner sur la plantation afin de faire une vidéo de la production : récolte, distillation… Cette vidéo permettrait de mettre en avant le travail et le savoir-faire des malgaches.

Sur du plus long terme, Tahina projette de devenir énergétiquement autonome, il souhaite pouvoir localement subvenir aux besoins de la distillation des feuilles de ravintsara.

Tristan évoque des tisanes ou des thés de feuilles de ravintsara, peut être en partenariat avec un producteur de thé local. Sur du plus long terme, il aimerait se lancer dans la création d’un parfum.

Bon à savoir : Pour financer une partie de leur projet, Tahine et Tristan se sont inscrits sur Ulule, un site de financement participatif européen.

Sur le site de BeTsara, Tahine et Tristan racontent leurs aventures (et mésaventures administratives), n’hésitez pas à leur rendre visite.

Merci à Tristan et Tahina d’avoir pris le temps de répondre à mes innombrables questions et à Jan Novak pour ses magnifiques photos.

Sources

Publicités